Histoire

Dans ses jeunes années, le Werkbund participa à ce changement touchant l’ensemble de la société que l’on appelle aujourd’hui l’architecture moderne. Le monde du travail industriel n’apportait avec lui pas seulement l’aisance, mais également des inégalités, la «remise en question de toutes les valeurs» et une crise de l’artisanat d’art. Ceci suscita de nombreux élans de réformes et conduisit entre autres à la fondation du Werkbund Allemand en 1907, puis du Werkbund Suisse et du groupe suisse occidental «L’OEUVRE» en 1913. Selon les premiers statuts l’association se fixait les buts suivants: «L’objectif du SWB est la valorisation artistique du travail commercial et industriel. Le SWB cherche à atteindre ce but à travers la collaboration d’artistes, d’artisans et de professionnels de l’industrie.»

Les cinquante premières années du SWB furent marquées par une polarisation conflictuelle: d’un côté la quête de l’œuvre d’art totale (Gesamtkunstwerk) à caractère individuel, libérée de la poussière des académies, de l’autre une foi moderne dans la technique allant de pair avec la standardisation industrielle et un idéal de beauté ressortant de la réalisation optimale du but. Dans la dispute qui se déclencha en 1914 et que l’on appela la dispute des types, le «type» des partisans de l’industrie et les représentants de la «création» orientés vers l’artisanat d’art s’opposèrent durant des années de manière irréconciliable.

Le Werkbund connut des années particulièrement glorieuses durant l’ère du «neues bauen», des lotissements du Werkbund et de «la nouvelle photographie» (époque de l’entre-deux-guerres) ou plus tard grâce à la distinction du SWB «Die gute Form / la forme utile» (années 1950/1960). Rétrospectivement, on peut avoir l’impression que le Werkbund était parvenu ici à une unité de doctrine. En réalité, les voix des traditionnalistes ou des progressistes, qui se formalisaient des partialités de la pensée moderne orthodoxe, ne s’étaient pas pour autant tues durant cette période au sein du Werkbund.

Avec cette culture de la dispute en arrière-plan, le Werkbund s’opposa à la conception générale imposée de l’art qu’exigeait le régime nazi en 1934 en Allemagne. Ceci entraîna en fait sa dissolution. Environ à la même période en Suisse, se rapprochèrent inévitablement les idées avant-gardistes du Werkbund et l’esprit «Landi», l’espoir dans le progrès et le patriotisme dans ce contexte appelant à une «réflexion nationale» — non sans discussions violentes qui se disputèrent parfois en public.

Passé 1968, une nouvelle génération SWB relia la thématique de la création à des questions fondamentales du développement de la société et de l’environnement. Les statuts du SWB révisés en 1970 le manifestent en ces termes: «L’objectif et la tâche du Werkbund est de concevoir l’environnement dans son ensemble.»

Aujourd’hui, les échanges d’opinions contradictoires au sujet d’une conception responsable, durable et transdisciplinaire dans le contexte de la culture et de la société sont au centre du SWB. Ils font partie de l’identité du Werkbund qui se voit comme une association de créateurs culturels et de créatrices culturelles critiques ayant un niveau d’étique créative élevé.

Manifestations du SWB et de ses musées partenaires

14.11.2019 – 17:30
8001 Zürich
Lares input: Care-Arbeit räumlich denken, Zürich

15.11.2019 – 18:00
5001 Aarau
Ausstellungseröffnung Auswahl 19, Aargauer Kunsthaus, Aarau

15.11.2019 – 19:00
4051 Basel
Ausstellungseröffnung «Unterm Radar», S AM Basel

17.11.2019 – 11:00
9000 St.Gallen
Führung durch die Ausstellung Fabrikanten & Manipulanten, Textilmuseum St.Gallen

17.11.2019 – 14:00
9053 Teufen
Podiumsdiskussion, Zeughaus Teufen

20.11.2019 – 18:30
8001 Zürich
Vortrag und Diskussion «IT'S THE AUTONOMY, STUPID!», Museum Haus Konstruktiv, Zürich

21.11.2019 – 18:00
1800 Vevey
Vernissage de l'exposition «Vincent Perez: Identités», Musée suisse de l’appareil photographique, Vevey

Toutes les manifestations